colbac

Caritats, oui – Corridas, non !

À l’occasion de la Fête des Caritats, tradition biterroise très ancienne sans effusion de sang ni violence et très enracinée dans la culture locale, le COLBAC a manifesté samedi 28 mai, plan des Constitutions, rue de la République à Béziers, pour rappeler que la tauromachie sanglante n’est pas l’identité de Béziers et qu’il est urgent de tourner la page des traditions qui torturent et tuent des êtres sensibles. 

La tauromachie n'est pas l'identité de Béziers

La corrida elle est un facteur de clivage et divise la population ; elle n’attire que très peu de Biterrois qui sont majoritairement indifférents ou opposés aux corridas. La tauromachie s’impose et perdure au détriment de la véritable culture occitane de la ville ; les corridas nuisent à l’image de Béziers parce qu’elles sont cruelles, archaïques et en totale contradiction avec les avancées sociétales en matière de condition animale. 84 % des Français jugent la protection des animaux importante, selon un sondage IFOP de 2021 (Source : Woopets).

Béziers doit évoluer !

Il est urgent de tourner la page des traditions qui torturent et tuent des êtres sensibles. Les taureaux et les chevaux de corrida sont des êtres sentients : ils éprouvent la peur, la douleur et ils ont une conscience. En 2022, il est inadmissible de leur infliger volontairement des « actes de cruauté et sévices graves » (selon l’article 521-1 du Code pénal) dans un but de divertissement. Les armes utilisées au cours des corridas (piques, banderilles-harpons, épées, poignards) sont des instruments de torture qui perforent, lacèrent et transpercent le corps de l’animal. Exsangue, le taureau est achevé à coups de poignard puis mutilé.

Le COLBAC rappelle les propos du juge correctionnel du tribunal de Béziers, lors du procès de la SPA contre les acteurs de la tauromachie biterroise, le 5 mai 2021 : ” Le taureau ne peut que souffrir et son agonie peut être plus ou moins longue » .

Erigées en “art” et en spectacle, la torture, l’agonie et la mort d’un animal sont injustifiables et ne doivent plus être la culture représentative de notre ville.

Béziers doit évoluer : nous réclamons des fêtes – comme les Caritats – célébrant ce qu’il y a de meilleur et pas ce qu’il y a de pire dans les traditions biterroises.

Magali Crozier, candidate NUPES (LFI) Législatives 2022 et Thierry Antoine, conseiller municipal (EELV) de Béziers

Lors de cette action, près de 600 tracts ont été distribués aux piétons et aux automobilistes. 

Dans la presse

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.