colbac

Crise du coronavirus : pas de subvention aux corridas

Deux taureaux

Le Colbac s’est indigné des  subventions régionales demandées par Robert Ménard pour les éleveurs de « toros bravos » impactés par la crise du coronavirus et a écrit à Carole Delga à ce sujet : quel que soit le contexte, l’argent public ne peut pas être utilisé pour soutenir la souffrance animale.

Suite à la crise du coronavirus, Carole Delga, présidente de la région Occitanie, a décidé d’accorder une aide spécifique de 2500 € par mois aux manades de taureaux camarguais. Samedi dernier, le maire de Béziers a écrit à la présidente pour lui demander d’étendre cette aide financière aux éleveurs de taureaux « braves » et de chevaux d’arènes, destinés aux corridas.

Dans un courrier en date du 21 avril, le Colbac a également interpellé la présidente de la région au sujet des aides sollicitées par les professionnels de la tauromachie espagnole.

Le Colbac rappelle que l’argent des contribuables ne peut servir à financer la souffrance animale. 

Une pratique qui implique la mort lente et douloureuse d’un animal es injustifiable.  

Alors que 75 % des habitants des départements dit « taurins » sont opposés aux corridas (Sondage IFOP/Alliance Anticorrida en 2017 ), il serait incompréhensible de subventionner le maintien des mises à mort publiques d’animaux. Au contraire, la Région doit aider et accompagner la reconversion de la filière taurine.

Beaucoup d’éleveurs français de taureaux élèvent à la fois des taureaux Camarguais et des taureaux “bravos” espagnols : les subventions régionales annoncées par Carole Delga, officiellement destinées aux troupeaux camarguais, ne doivent pas profiter aussi aux sévices dans les arènes.

Dans la presse : 

26/04/20 Occitanie Tribune Coronavirus : pas de subvention aux corridas ! 

article journal
Brève dans le Midi Libre, 28 avril 2020
Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.