Crise du coronavirus : pas de subvention aux corridas

Publié le 26 avril 2020

Faites du bruit, partagez l'article

Deux taureaux

Le Colbac s’est indigné des  subventions régionales demandées par Robert Ménard pour les éleveurs de « toros bravos » impactés par la crise du coronavirus et a écrit à Carole Delga à ce sujet : quel que soit le contexte, l’argent public ne peut pas être utilisé pour soutenir la souffrance animale.

Suite à la crise du coronavirus, Carole Delga, présidente de la région Occitanie, a décidé d’accorder une aide spécifique de 2500 € par mois aux manades de taureaux camarguais. Samedi dernier, le maire de Béziers a écrit à la présidente pour lui demander d’étendre cette aide financière aux éleveurs de taureaux « braves » et de chevaux d’arènes, destinés aux corridas.

Dans un courrier en date du 21 avril, le Colbac a également interpellé la présidente de la région au sujet des aides sollicitées par les professionnels de la tauromachie espagnole.

Le Colbac rappelle que l’argent des contribuables ne peut servir à financer la souffrance animale. 

Une pratique qui implique la mort lente et douloureuse d’un animal es injustifiable.  

Alors que 75 % des habitants des départements dit « taurins » sont opposés aux corridas (Sondage IFOP/Alliance Anticorrida en 2017 ), il serait incompréhensible de subventionner le maintien des mises à mort publiques d’animaux. Au contraire, la Région doit aider et accompagner la reconversion de la filière taurine.

Beaucoup d’éleveurs français de taureaux élèvent à la fois des taureaux Camarguais et des taureaux « bravos » espagnols : les subventions régionales annoncées par Carole Delga, officiellement destinées aux troupeaux camarguais, ne doivent pas profiter aussi aux sévices dans les arènes.

Dans la presse : 

26/04/20 Occitanie Tribune Coronavirus : pas de subvention aux corridas ! 

article journal
Brève dans le Midi Libre, 28 avril 2020

à propos

Le COLBAC a pour but final l’abolition de la corrida. Nous nous opposons à la propagande et à la désinformation du milieu taurin, ainsi qu’à la justification de la torture animale comme relevant d’un art ou d’une tradition encore acceptable.

Newsletter

Votre soutien contribue aux victoires de demain. Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités et être sûr de ne pas rater nos prochaines actions.

@BeziersColbac

Découvrez nos dernières actualités

8 mai 2024

Le COLBAC réagit à l’affiche de la feria 2024

22 avril 2024

Une « feria off », pourquoi ?