colbac

Lettre ouverte : le Colbac demande au maire d’en finir avec les corridas

Un homme

Lettre ouverte du COLBAC à Robert Ménard, maire de Béziers

Monsieur le Maire,

Ce lundi 25 mai, lors de l’installation du nouveau conseil municipal, dans la salle Zinga Zanga, votre discours a retenu toute l’attention de notre association, le COLBAC, qui a pour objectif l’interdiction de la corrida à Béziers.

Face à la pandémie Covid-19, vous avez souligné notre devoir d’humilité et l’importance de ne pas violer la nature, ni les lois de l’Humanité. Aux Biterroises et aux Biterrois, vous avez dit votre attachement à être leur porte-parole fidèle, loin des lobbys.

  • Aujourd’hui à Béziers, on a le droit d’infliger une mort lente et douloureuse à des taureaux pour divertir. La corrida exalte la domination violente de l’homme sur l’animal, torture les taureaux et blesse parfois les hommes. Elle est en contradiction avec les efforts qui doivent être faits pour cultiver le respect de tous les êtres vivants. Érigée en art et en spectacle, l’agonie d’un animal est injustifiable au regard du code moral qui régit les lois de l’Humanité.
  • Dans les écoles taurines, les enfants sont félicités pour leur excellence, leur vaillance, leur courage, leur détermination et leur habileté à tuer des veaux. Ce fut le cas, en ces termes, ce samedi 23 mai au CFT de Nîmes, lors de la reprise des entraînements « sur bétail » où les élèves ont mis à mort trois becerros.
  • La fin des corridas à Béziers, c’est aussi la volonté des Biterroises et des Biterrois qui y sont majoritairement hostiles. D’ailleurs 75% des habitants des départements dits « taurins » sont opposés aux corridas selon un sondage IFOP (source Alliance Anticorrida – 2017 ).

La crise actuelle, inédite, nous lance de nouveaux défis et impose de nombreuses ruptures.

Nous vous demandons de saisir cette opportunité de changement : interdire définitivement les corridas à Béziers parce que la souffrance animale ne devrait pas être un spectacle; ne plus subventionner l’école taurine de Béziers parce qu’il est de la responsabilité des municipalités de protéger les enfants de la violence, et de véhiculer des valeurs de bienveillance à l’égard du Vivant.

Théâtre, danse, musique, spectacles traditionnels ou originaux… les options sont infinies pour faire de Béziers et de ses belles arènes des lieux véritablement festifs. Nous lançons ce défi à la nouvelle équipe municipale !

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Pour le COLBAC, sa présidente Sophie Maffre-Baugé

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.