Mobilisation contre la barbarie des corridas

Publié le 9 mai 2011

Faites du bruit, partagez l'article

un homme et un taureau

À ce jour, le collectif initié par l’association CRAC EUROPE, « Non à la honte française ! », compte 130 associations mobilisées contre l’inscription de la tauromachie au patrimoine immatériel national.

Aux titres de la protection de l’enfance et de la défense des animaux, il est capital de maintenir un flot de protestations non seulement à l’encontre du ministre de la Culture, mais aussi du Premier Ministre et bien sûr du Président de la République, premier aficionado de France.

Le sommet de l’État doit dès à présent considérer la volonté de la majorité des français car la France entière compte 75 % d’opposants à la corrida et 90% de sympathisants à la protection animale.

Cinq minutes de votre temps de parole ne combleront jamais les cris de souffrance des animaux, mais votre voix sera entendue, elle. Il faut donc téléphoner, vous et vos proches pour retirer très vite la corrida du patrimoine immatériel français. La corrida, barbarie espagnole, n’y a pas sa place Il vous sera demandé nom, prénom, téléphone et adresse pour éviter les appels multiples.
 

Ministère de la Culture    01 40 15 81 99

Premier Ministre      01 42 75 80 00

Présidence de la République    01 42 92 81 00

Un rassemblement est prévu le 28 mai 2011 à 15 h 00, place du Palais Royal à Paris 75001.
 

Plus d’informations sur cette manifestation et la pétition en ligne.

une affiche

à propos

Le COLBAC a pour but final l’abolition de la corrida. Nous nous opposons à la propagande et à la désinformation du milieu taurin, ainsi qu’à la justification de la torture animale comme relevant d’un art ou d’une tradition encore acceptable.

Newsletter

Votre soutien contribue aux victoires de demain. Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités et être sûr de ne pas rater nos prochaines actions.

@BeziersColbac

Découvrez nos dernières actualités

8 mai 2024

Le COLBAC réagit à l’affiche de la feria 2024

22 avril 2024

Une « feria off », pourquoi ?