colbac

Un vœu pour Béziers !

À l’occasion de la cérémonie des vœux à la population de Robert Ménard, le COLBAC a distribué des tracts sur les allées Paul Riquet, pour faire connaître son vœu pour Béziers : une ville exempte de violence à l’égard de tout animal. L’objectif était d’informer et de sensibiliser les Biterrois et Biterroise sur le soutien moral et financier de la municipalité aux corridas et à l’entreprise privée BETARRA qui les organise.

Les corridas sont des spectacles cruels qui consistent à torturer des taureaux jusqu’à la mort. La loi les punit de 75 000 euros d’amende et de 5 ans de prison partout en France, sauf dans une soixantaine de communes du sud, dont Béziers, où ces sanctions ne s’appliquent pas au nom d’une tradition locale. Les corridas sont-elles moins cruelles à Béziers ? Un taureau souffre-t-il moins à Béziers ? La tradition ne peut plus justifier des actes de cruauté érigés en spectacle.

Les corridas ne sont pas populaires à Béziers. Une large majorité des Biterrois souhaite la suppression des mises à mort dans les arènes (Sondage Ifop / Sud Radio – 2022).

Pourtant, la municipalité :

  • autorise et promeut la torture des taureaux dans les arènes
  • subventionne massivement les clubs de tauromachie
  • soutient financièrement l’entreprise privée BETARRA qui organise les corridas
  • autorise l’entreprise privée BETARRA à organiser, en plus des corridas, des spectacles hors tauromachie (les concerts des Nuits de Béziers, par exemple): ainsi les bénéfices vont à BETARRA, et non aux Biterrois.

Nous réclamons :

1 – Le remplacement des corridas par des spectacles sans souffrance animale 

La féria doit évoluer et tourner la page des corridas archaïques et barbares.
Il n’est plus acceptable de torturer un taureau pour divertir des spectateurs.

2 – Pas un centime d’argent public aux corridas 

L’argent public ne doit pas servir à la souffrance animale ni à des spectacles impopulaires et controversés comme les corridas.
L’argent public doit servir l’intérêt général de Béziers, pas les intérêts privés de la société privée BETARRA.

3 – Une ville qui organise elle-même les évènements festifs hors tauromachie dans les arènes 

Le milieu taurin ne doit pas avoir la mainmise sur les animations culturelles dans les arènes.
C’est à la ville d’organiser les concerts des “Nuits de Béziers” dans les arènes, et non à BETARRA : les bénéfices doivent aller aux Biterrois, pas aux corridas !

4 – Fermeture de l’école taurine de Béziers

Cette “école” inqualifiable apprend à de jeunes enfants (dès l’âge de 13 ans) à mettre à mort des veaux, dans de grandes souffrances pour l’animal puisque ces premiers coups d’épée mortels sont imprécis et hésitants.

300 tracts ont été distribués

Dans la presse

Couverture du Petit Journal, 12/01/2023
Petit Journal, 12/01/2023
Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.