Frédéric Mitterrand: ministre des atrocités culturelles

Publié le 26 avril 2011

Faites du bruit, partagez l'article

une affiche

Frédéric Mitterrand, ministre de la culture, et la corrida espagnole au patrimoine culturel de la France. Lire l’article de Midi Libre

La Culture FRANÇAISE sonne le glas… Sinistre…
Car la corrida ESPAGNOLE est passée par le ministre…

Les français sont très majoritairement opposés aux corridas.
En France, la loi considère la corrida comme un délit de torture animale et l’interdit sur l’ensemble du territoire, excepté dans 40 villes…
La corrida est un spectacle violent où sont conviés gratuitement les enfants, un rituel ignoble qui inflige des mutilations atroces et un gaspillage des fonds publics qui enrichit les organisateurs.
75 % des français dénoncent la corrida mais Frédéric Mitterrand, plus haut responsable du ministère de la Culture, ne la voit pas du même œil ni du même coeur. Le ministère sait ce qu’est vraiment la corrida mais justifiant la décision sur des bases SCIENTIFIQUES  il admet que la corrida ESPAGNOLE inflige des sévices graves aux animaux, qu’elle est interdite sur l’ensemble du territoire, mais qu’elle est  tout de même hautement représentative de la culture FRANÇAISE et donc qu’elle est bonne pour les ENFANTS.

Bravo à tous, monsieur le ministre !
Les hontes humaines et la vôtre s’affichent dans un même camp !
Celui du rejet de l’humanité…

à propos

Le COLBAC a pour but final l’abolition de la corrida. Nous nous opposons à la propagande et à la désinformation du milieu taurin, ainsi qu’à la justification de la torture animale comme relevant d’un art ou d’une tradition encore acceptable.

Newsletter

Votre soutien contribue aux victoires de demain. Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités et être sûr de ne pas rater nos prochaines actions.

@BeziersColbac

Découvrez nos dernières actualités

21 janvier 2024

Le sénateur Arnaud Bazin interroge le Gouvernement sur les mises à mort de taureaux en privé

9 janvier 2024

Le député Vincent Ledoux interroge le Gouvernement sur les mises à mort de taureaux en privé