Intransparence du conseil régional

Publié le 17 mars 2011

Faites du bruit, partagez l'article

Le conseil régional du Languedoc-Roussillon soutient la tauromachie depuis très longtemps. Ce n’est pas une surprise vu que la corrida noyaute tous les échelons administratifs et que l’argent gaspillé n’a pas d’odeur quand il est versé dans certaines gamelles dorées mais occultes.
Un groupe d’associations anti corrida demande des comptes mais des élus, dont l’irrespectueux Ferdinand Jaoul, font la sourde oreille… Voilà pourquoi ces associations ont décidé de lancer une campagne d’écriture adressée à tous les élus. Sourds mais pas aveugles a priori.

Ci-dessous nous proposons un modèle de lettre qui peut être adressé par mail aux élus de votre choix, voire à tous…

Les coordonnées électroniques des membres régionaux sont les suivantes:
nom.prénom@cr-languedocroussillon.fr 
Ainsi pour le vice-président Piétrasanta l’adresse est:
pietrasanta.yves@cr-languedocroussillon.fr

La liste des élus et leurs adresses sont consultables ici.
http://www.laregion.fr/3080-listes-des-elus-du-conseil-regional.htm

Modèle de lettre aux conseillers régionaux du Languedoc-Roussillon

Madame, Monsieur
Le conseil régional a donné à l’un de ses membres, M. Ferdinand Jaoul, la délégation « chasse, pêche et traditions taurines », ce qui implique l’intention de soutenir la tauromachie. Cinq associations (Comité carcassonnais pour l’abolition des corridas, Comité de libération animale de Montpellier, Comité de liaison biterrois pour l’abolition de la corrida, Comité radicalement anticorrida, Front des luttes pour l’abolition des corridas ) ont donc, par courrier du 27/05/10,  demandé audience à M. Jaoul pour savoir de lui jusqu’où irait le soutien du conseil régional à la tauromachie. Malgré plusieurs relances ces associations n’ont reçu de M. Jaoul aucune réponse.

Par courrier daté du 23/07/10 elles ont saisi  Georges Frêche, président du conseil régional, pour savoir s’il approuvait le silence de M. Jaoul. Aucune réponse. Après la mort de G. Frêche, les 5 associations ont renouvelé cette démarche en direction de son successeur M. Christian Bourquin. Aucune réponse. Il est donc clair que le conseil régional, dans son soutien aux « traditions taurines » va jusqu’à refuser tout dialogue et même tout contact avec les partisans de la civilisation et de la non violence.

Les tenants de la tauromachie dans notre région comme dans le reste du pays ne sont qu’une infime minorité. Le conseil régional peut-il soutenir un lobby marginal, une secte barbare et sanguinaire contre la grande majorité des citoyens ?

Tous ceux qui gèrent des fonds publics sont tenus à la transparence financière. Le conseil régional peut-il refuser d’informer les citoyens et leurs associations sur le soutien financier qu’il accorde à la tauromachie ?

La crise économique et financière dans laquelle se débat notre pays exige la plus grande rigueur dans l’usage qui est fait des fonds publics. Quand l’argent manque même pour les besoins vitaux (éducation, emploi, hôpitaux, retraites) est-il acceptable d’en gaspiller pour la tauromachie ? Il n’y a plus d’argent pour les œuvres de vie mais il y en aurait pour les œuvres de mort ?

Tout élu digne de ce nom doit être à l’écoute des citoyens. Je vous demande donc d’agir personnellement pour que les 5 associations qui ont demandé audience soient reçues, entendues et obtiennent réponse aux questions légitimes qu’elles posent.

à propos

Le COLBAC a pour but final l’abolition de la corrida. Nous nous opposons à la propagande et à la désinformation du milieu taurin, ainsi qu’à la justification de la torture animale comme relevant d’un art ou d’une tradition encore acceptable.

Newsletter

Votre soutien contribue aux victoires de demain. Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités et être sûr de ne pas rater nos prochaines actions.

@BeziersColbac

Découvrez nos dernières actualités

21 janvier 2024

Le sénateur Arnaud Bazin interroge le Gouvernement sur les mises à mort de taureaux en privé

9 janvier 2024

Le député Vincent Ledoux interroge le Gouvernement sur les mises à mort de taureaux en privé