colbac

Manifestation pour l’interdiction des corridas aux enfants

groupe de personnes
La corrida ne fait pas que des victimes animales : l’exposition et l’éducation à des actes de cruauté exercés sur un animal comportent des risques pour le développement psychique des enfants, leur empathie et leur sens moral.
 
Sans l’impôt des biterrois, l’école taurine de Béziers n’existerait pas : nous dénonçons l’utilisation de l’argent public par la mairie pour financer l’éducation à la barbarie et aux violences exercées sur les animaux, alors qu’il est de la responsabilité des mairies de protéger les enfants de la violence et de véhiculer des valeurs de compassion et de bienveillance.
 
Ainsi, nous avons manifesté samedi 13 février devant les arènes de Béziers pour demander : 
 
– que les arènes ne soient plus ouvertes aux enfants; 
– que l’école taurine de Béziers, où l’on apprend à toréer, torturer et à tuer des veaux et des génisses soit fermée ou interdite aux mineurs et qu’elle ne soit plus financée par la municipalité. 
– que cessent la propagande taurine et les initiations à la tauromachie dans les centres de loisirs de la ville. 
 
une affiche

→ Liens vers l’album photo complet de la manifestation. 

Réaction des aficionados

  • L’avant veille, en réaction à notre manifestation, la FCTB ( Fédération des clubs taurins du biterrois ) a publié un communiqué expliquant :  ” (…) Aujourd’hui, les dangers pour le psychisme et l’équilibre des enfants ne sont ni les écoles taurines, ni la présence à une corrida, ni une visite d’un élevage de taureaux de combat, mais plutôt les effets et conséquences de la pandémie : licenciement, chômage des parents, revenus amputés, fermeture des lieux de loisirs, confinements…sans oublier les violences médiatiques,  jeux vidéo. )
  • La veille, toujours en réaction à la manifestation, le mundillo  (avec le nécessaire accord de la mairie qui est locataire des arènes ) a accroché deux banderoles “Oui à la corrida pour tous” et “Oui à la corrida avec maman et papa ” (sic)  à l’endroit même de notre manifestation →  À propos de ces banderoles, lire l’article de No Corrida : “Il faut légiférer !”
2 banderoles
  • Et pendant la manifestation, notre banderole stipulant “Violence des corridas : protégeons les enfants”, qui était accrochée à une grille des arènes, a été arrachée et dérobée depuis l’intérieur du bâtiment. Quelle belle leçon de courage et de tolérance de la part de ceux qui traitent les anti-corrida de “liberticides” ! Grâce à l’intervention de la police nationale, qui a pénétré dans les arènes et a intercepté les voleurs, la banderole nous a été restituée au bout d’une demi heure. Ce geste aussi puéril que vain est clairement revendiqué et assumé par le président de l’ONTC ( Observatoire National des Cultures taurines ) qui a filmé et diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux et sur son blog
Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.