Peut-on continuer à applaudir la souffrance d’un animal ?

Publié le 14 mars 2021

Faites du bruit, partagez l'article

une femme et une pancarte

Deuxième mobilisation de l’année, devant les arènes, ce samedi 13 mars. 

Nous demandons que les corridas ne soient plus autorisées à Béziers. 

Nous voulons faire émerger la question de la souffrance des animaux d’arènes dans le débat public biterrois. 

Erigée en spectacle , l’agonie d’un animal n’est plus acceptable.  

Nos visuels ont dénoncé : 

  • la barbarie d’une pratique qui consiste à blesser jusqu’à la mort des animaux sensibles avec des armes tranchantes,
  • la nécessité de préserver les enfants de l’exposition aux scènes de cruauté envers les animaux, 
  • l’image de Béziers abîmée par la tauromachie sanglante. 

Devant la banderole « Béziers, ville de culture taurine » installée par les défenseurs de la tauromachie quelques heures avant la manifestation, nous avons tendu un grand drap tâché de faux sang : il symbolise la cruauté de la corrida où le vrai sang animal (et parfois humain ) est omniprésent. 

ue femme et une pancarte
un groupe de personnes
Mobilisation devant les arènes de Béziers, 13 mars 2021 ©COLBAC

à propos

Le COLBAC a pour but final l’abolition de la corrida. Nous nous opposons à la propagande et à la désinformation du milieu taurin, ainsi qu’à la justification de la torture animale comme relevant d’un art ou d’une tradition encore acceptable.

Newsletter

Votre soutien contribue aux victoires de demain. Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités et être sûr de ne pas rater nos prochaines actions.

@BeziersColbac

Découvrez nos dernières actualités

7 avril 2024

Manifestation pour dénoncer les entraînements à tuer

2 avril 2024

Le député Hubert Julien-Laferrière interroge le Gouvernement sur la gratuité des corridas pour les mineurs