colbac

Pendant la feria, manifestation anti corrida à Béziers

Une fois de plus, la ville de Béziers a profité de la traditionnelle feria de la mi-août pour satisfaire  les amateurs de torture de taureaux en organisant novilladas et corridas. Le 14 août dernier, près de 200 opposants à cette tauromachie sanglante se sont mobilisés dans le centre-ville de Béziers alors que la feria battait son plein, pour réclamer la fin de ces spectacles cruels et l’abolition nationale de cette pratique archaïque et barbare qui consiste à torturer un taureau jusqu’à la mort.

© Photos : Merci à Marion Ribes et à Julie Wayne qui ont immortalisé cette mobilisation grâce à des photos de grande qualité.  

→ Vidéo Live du Happening : Cyril Vaucelle.

Vidéo officielle de la manifestation : 34K. 

Vidéo de la manifestation.  

Remarque à propos de la programmation taurine pendant la feria : Il est de notoriété publique que les spectacles de torture-divertissement n’attirent désormais plus les foules et peinent à être financièrement rentables. Betarra, la société gestionnaire des arènes de Béziers, avait donc cette année mis au programme activités et spectacles divers. C’est ainsi que le public était invité à se rendre aux arènes avant la corrida, pour y rencontrer et y échanger avec des connaisseurs de la tauromachie, mais aussi en nocturne pour des spectacles  « autour du cheval et du toro »  destinés à un public familial.

De même, s’est déroulée pour la première fois dans l’histoire de la feria biterroise, une course camarguaise, présentée par Betarra comme  “une tradition ancestrale dans notre région et qui a toute sa place à Béziers”.  On l’aura compris, le gestionnaire, soutenu par le maire (voir  notre article A qui profite la fête ? )  a profité de la feria pour lancer ses filets le plus loin possible dans l’espoir d’amener vers ses arènes  – et qui sait,  les voir y revenir pour des corridas –  des gens qui autrement ne songent pas à s’y rendre.

Appel à la mobilisation

Il était donc logique qu’une fois de plus, le COLBAC décide de rappeler aux festayres que ces journées ne sont pas que festives puisqu’elles sont ponctuées de spectacles de tortures avec mise à mort de taureaux, et que loin d’être inscrite dans les gènes de la communauté biterroise, cette pratique est rejetée par une proportion non négligeable de la population.

→  Cette année, nous avons été particulièrement motivés par le député NUPES Aymeric Caron qui a annoncé son intention de déposer avant la fin de l’année une proposition de loi pour en finir avec la corrida en France. Ce ne sera certes pas la seule fois que la question de la corrida sera abordée à l’Assemblée nationale, avec le peu de succès que l’on sait, mais si tout se passe bien, pour la première fois, la question de l’abolition de la corrida se verra attribuer un créneau de discussion spécifique.

→ À écouter : audio de Robert Ménard.  Propos très lucides du maire de Béziers au micro de France Bleu Hérault – Robert Ménard ne cache pas son inquiétude d’avoir à organiser un jour une feria sans corrida à Béziers Le maire de Béziers sent le vent tourner et se montre critique envers le mundillo : ” Il y a tout pour qu’on perde (…) On n’est pas capable de répondre au courant animaliste (…) Il y a des choses qui meurent et demain on dira : Tiens qu’est-ce que c’était que ce truc de sauvages ? “

Préparatifs

Pendant plusieurs semaines, nous avons travaillé pour mettre sur pied une manifestation  efficace, susceptible de transmettre aux passants un message qui marque leur esprit et les fasse réfléchir.
Nous avons aussi tenu à éviter tout heurt avec les aficionados aussi avons-nous modifié au dernier moment notre itinéraire et son minutage pour ne pas croiser un abrivado dont nous n’avions pas été informés de la tenue.

Conscients que de nombreux sympathisants et militants seraient dans l’incapacité d’être physiquement présents, nous avons volontiers accepté la proposition de l’Arche des Refuges d’organiser une “tempête de tweets” et avons créé le hashtag #ColbacLaManif2022 pour permettre aux utilisateurs de Twitter la possibilité de nous soutenir en faisant connaître notre manifestation. Merci à Régis pour cette initiative !

Merci à Agnès, Christian, Cyril, Martine, Sophie, Susanne, Virginie et Yolande qui n’ont pas compté leurs heures pour préparer cette manifestation et à Valérie qui a réalisé plusieurs visuels pour le Happening. 

Merci aux nombreuses associations, collectifs et personnes qui, sur les réseaux sociaux, ont largement relayé l’appel à mobilisation. Merci tout particulièrement à Marion qui a réalisé une vidéo pour mobiliser les militants. 

Rassemblement au Parc de la Gare du Nord

Dès avant 15h00,  heure du rendez-vous que nous avions donné au parc de la Gare du Nord, avenue Georges Clémenceau, nous avons été heureux de voir arriver, outre de nombreuses personnes déjà  connues de nous ou anonymes, outre la députée EELV Sandra Regol et la chanteuse engagée Kreezy R, des représentants d’organismes et associations tels que  la Fondation Brigitte BardotAlliance Anticorrida, One Voice, le Parti Animaliste, Alliance EthiqueMouvement Homme Animaux Nature, CRAC Europe, L214, l’Arche des RefugesLandes Collectif Anti Corrida, le collectif Nature Sauvage OccitaniePAZ, Animalibre, l’ OABA ou l’association ADDA (Ardèche/Drôme Défense Animale), tout le monde était là pour ensemble dire non à la cruauté de la corrida.

À l’écart, parmi un petit groupe de neuf militants comédiens pour l’occasion,  l’effervescence régnait et le sang (faux !) coulait en abondance : il leur fallait être fin prêts pour un défilé parodique à travers les rues.

KreezyR et Tiamat révisent les slogans...

Marche et défilé parodique

A 16h00, accompagné de notre camion-sono, notre cortège s’est ébranlé, mené par notre groupe de militants-comédiens tous grimés en aficionados indifférents à leur propre cruauté, plus vrais et plus laids que nature. Précédé d’une torera, le maire de Béziers paradait au bras de sa députée d’épouse qui rappelait fièrement qu’elle ose faire partie de la commission « Bien-être animal » de l’Assemblée . Ils étaient suivis d’un membre du clergé catholique et de deux couples d’aficionados, dont un, pour être plus réaliste, était accompagné d’une fillette. Chacun des participants reprenait sur une pancarte un des poncifs dont nous abreuve la propagande taurine : « La corrida, une leçon de vie, d’esthétisme et de morale ! » (propos véridiques de Robert Ménard), « C’est de l’art ! », ” L’esprit du sud !”,  “Pourvu qu’il y ait des corridas au Paradis !”  ou le grand classique « Les taureaux sont faits pour ça !”». La mise en scène visait à symboliser celles et ceux qui permettent aux corridas de perdurer dans notre pays et à frapper les esprits en attirant l’attention sur le sang des taureaux qui est versé pour satisfaire leur passion ou leurs intérêts…Cette parodie a connu un vif succès auprès des passants et des journalistes. 

Nous remercions chaleureusement les militants et militantes qui ont accepté de jouer ces rôles difficiles : Virginie, Tina, Coco, Susanne, Charlotte, Paola, Christian, Cédric et Jordan. Merci à Martine qui a coordonné cette parodie. 

Emmanuelle et Robert Ménard ! Ceci est une parodie.

Tout en scandant des slogans contre la cruauté lancés par KreezyR et Tiamat « Arrêtez d’vous planquer Derrière la tradition Corrida c’est la honte Abo-li-tion ! », « Pour les taureaux – les chevaux – plus jamais ça ! » « Basta corrida » « La cor-ri-da C’est cru-el Sa place est où ? A la – pou-belle ! », « Les-tau-reaux Ne sont pas des machines, Ils-ont-mal Quand on les assassine », « Cor-ri-da On n’en – veut plus »,  accompagnés de hurlements de sirènes et de coups de sifflets, sous une forêt de banderoles, drapeaux et pancartes, nous nous sommes lentement rendus – via la Rue de la République et les Halles –  jusqu’au parvis du lieu emblématique qu’est la mairie. Nous avons fait une longue halte sous les fenêtres du premier soutien aux actes de cruauté sur taureaux, le maire Robert Ménard. 

La députée Sandra Regol

Sur le parvis de la mairie

Dès l’arrivée sur le parvis de la mairie, nous avons posé devant un message unitaire, volontairement sans logo ni drapeaux.

Puis, les représentants des associations et organisations présentes ont pris la parole. Tour à tour se sont succédés au micro : Claire STAROZINSKI, présidente d’Alliance Anticorrida,  Didier BONNET, président du CRAC Europe, Lisa Lou, déléguée CRAC dans le Sud Ouest, qui de plus s’est faite l’interprète d’Henry-Jean SERVAT en lisant le message qu’il nous adressait, Daniel Raposo, délégué de la FBB, porteur d’un message de Brigitte Bardot,  Sandra REGOL, députée NUPES/EELV, Aloïs LANG-ROUSSEAU, porte-parole du MHAN Mouvement Hommes Animaux Nature, Eddine ARIZTEGUI, du Parti Animaliste, élu à Montpellier et enfin,  Magali CROZIER, militante, de la NUPES/ FI. Ils ont exprimé avec force leur rejet d’une activité cruelle avec les taureaux et par contrecoup dégradante pour la France.

Claire Starozinski, présidente de l'Alliance Anticorrida
Didier Bonnet président du CRAC Europe
Daniel Raposo, délégué Fondation Brigitte Bardot
Lisa Lou, présidente Landes Anticorrida et déléguée CRAC dans le Sud-Ouest

Daniel a lu un message que  Brigitte Bardot nous a fait l’honneur de nous adresser (et qui a été largement relayé dans la presse) :

Lisa Lou s’est faite l’interprète d’Henry-Jean Servat en lisant le message qu’il nous adressait : 

Sandra Regol, députée Bas Rhin, Vice-présidente du groupe EELV - Nupes.
Aloïs Lang-Rousseau, porte-parole du MHAN
Eddine Ariztegui, élu du Parti animaliste à Montpellier
Magali Crozier, cheffe de file des Insoumis du Biterrois

Après ces discours, nous avons repris notre marche avec slogans et banderoles et nous sommes dirigés vers le cœur de la ville : les Allées Paul Riquet, bondées en raison de la feria, et le théâtre municipal.

Sur les Allées Paul Riquet

Sur le parvis du théâtre municipal

Laurence Hay, présidente de Paris Animaux Zoopolis (PAZ) qui ne s’était pas encore exprimée, a ensuite pris la parole, suivie de Régine Canivet pour One Voice et de Paola, militante toute jeune mais ô combien convaincue, qui avec la fougue de son âge a crié son indignation et sa colère envers la tolérance accordée à une pratique aussi atroce que la corrida.  C’était ensuite le tour de  Régis, venu de l’autre bout de la France, au nom de l’Arche des Refuges, le collectif à l’origine de notre tempête de tweets de prendre la parole : leur compte Twitter venait d’être suspendu, nous a-t-il dit, mais si nos opposants peuvent étouffer nos voix sur les réseaux sociaux, jamais ils ne pourront empêcher « nos cris, nos hurlements, nos banderoles, et nos slogans ».

Laurence Hay, présidente de PAZ, avec Sophie Maffre-Baugé, présidente du COLBAC
Paola, jeune militante de 9 ans !
Un grand merci à Régis de l'Arche des Refuges : il a fait plus de 1000 kilomètres pour venir grossir les rangs de la manifestation, il a organisé et lancé une Tweetstorm afin de visibiliser au maximum la mobilisation et il nous a offert une immense banderole. Pour avoir montré la violence réelle de la corrida lors de cette formidable campagne de soutien, son compte Twitter (son outil de travail !) de plusieurs milliers d'abonnés, a été bloqué. Nous adressons nos plus vifs remerciements à Régis.
Régis, fondateur de l'Arche des Refuges

Kreezy a repris le micro pour partager avec nous  le beau texte qu’elle nous avait fait l’honneur d’écrire spécialement pour ce 14 août 2022 :

KreezyR
Régine Canivet, déléguée One Voice 66

« Dans cet abattoir à ciel ouvert
Vous faire souffrir est le credo
Sous les Olé le torero
Danse son ballet mortifère

Avide de sang
Et du spectacle de la mort
Le public d’aficionados
Dans les gradins vocifère.

Ils appellent la torture
D’un innocent de l’art
Mais derrière ce joli mot
C’est le sadisme qui opère

Leurs arènes sont l’antichambre de l’enfer
Où taureaux et chevaux piégés
Doivent s’affronter jusqu’au trépas
Pour leur plaisir dégénéré.

Pas moins que les jeux du cirque
Où les martyrs furent suppliciés
La corrida est une honte
À la face de l’humanité.

Née de la cruauté
Dans le recoin le plus sombre
La bête immonde n’a pas de cornes
Mais des banderilles et une épée.

Le mal a besoin de dominer
Mais dans les yeux de l’animal
Qui implore la pitié
Je vois beaucoup plus d’humanité.

Luttons, mes frères et sœurs, jusqu’au bout de nos forces
Pour porter l’estocade à cette vile tradition.
Luttons ensemble et soyons féroces
Crions « Corrida, basta ! » jusqu’à l’abolition. »

Kreezy R, 2022

Puis, sur un fond musical très doux, avec pour arrière-plan l’habillage noir de la scène installée sur le parvis, et comme pour dessiner le T de Torture, s’est formée une longue double file d’une quarantaine de militants tenant chacun des deux mains soit une photo de taureau ensanglanté sous la torture, soit un slogan anti cruauté. Cette double file était terminée par un alignement de douze personnes porteuses chacune d’un carton ; la juxtaposition des rectos épelait le nom de R-O-B-E-R-T-M-E-N-A-R-D, avant que celle des versos ne fasse apparaître l’appel qui nous réunissait tous : #-S-T-O-P-C-O-R-R-I-D-A. Là encore, l’émotion a été au rendez-vous.

Vidéo Happening : ici 

Vers les arènes

Après cette longue halte sur les allées Paul Riquet, nous avons repris notre marche en direction des arènes où se déroulait la corrida du jour, sans toutefois pouvoir les atteindre puisque, comme chaque année, Robert Ménard nous a interdit de manifester dans un périmètre de 500 mètres autour des arènes.

Devant le cordon de CRS qui nous faisait barrage, Tiamat a pris la parole  avec gravité et nous a invités à avoir une pensée pour les milliards d’animaux mis au monde par des humains indifférents à leur existence et dont le seul objectif est de les mettre à mort après leur avoir imposé une vie de misère. Puis, Valérie Bijon a lu la complainte du taureau, un texte anonyme, magnifique et bouleversant.

Emotion encore, lorsque Kreezy, pour conclure, nous a offert une poignante reprise de la chanson de Cabrel… → Voir la vidéo

Il était 20h00 ? – déjà !

Le cœur rempli de gratitude envers nos compagnons de lutte, mais aussi de tristesse et de révolte en pensant aux six taureaux que, pas loin de nous, des gens apparemment semblables à nous, mais si différents, avaient pris plaisir à voir mourir sous la torture, nous avons plié, empilé et rangé ce qui demandait à l’être avant de rentrer chez nous, plus déterminés que jamais à obtenir la mise à mort de la corrida.

Merci infiniment à toutes les personnes et à toutes les associations qui ont participé à cette mobilisation et ont contribué à sa réussite. 

Dans la presse

Billet du Midi Libre, 10 août 2022
Midi Libre, 10 août 2022
colbac
Le Petit Journal, 11 août 2022
Midi Libre, 15 août 2022
Petit Journal, 23 août 2022.
La Pieuvre du Midi, 19 août 2022
Photo d'illustration de l'article de Libération " À Béziers, débat sur une tradition made in souffrance animale" - 17 août 2022
Midi Libre, 10 août 2022
Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.